Le monde à l'envers

Sous le Soleil Noir

Lider Maximo

| 4 commentaires

Deux évènements entrent en collision: l’accident vasculaire de Pinochet, l’anniversaire de Castro. Le traitement médiatique n’est pas tout à fait le même pour ces deux personnages.

Voici l’article sur Pinochet (tf1.fr):

Le dernier bilan de santé d’Augusto Pinochet, hospitalisé depuis dimanche à la suite d’un infarctus, et souffrant par ailleurs d’un oedème pulmonaire, a été communiqué mardi en début d’après-midi (heure française) par un porte-parole de l’hôpital militaire de Santiago où il est soigné. L’ancien dictateur est dans un état « favorable » et « l’étape critique est passée », selon l’équipe médicale.

[…]

Le général Pinochet a dirigé le Chili pendant 17 ans après s’être emparé du pouvoir par un coup d’Etat sanglant le 11 septembre 1973. Très diminué, l’ancien dirigeant a fêté discrètement ses 91 ans la semaine dernière. Il a été assigné à résidence deux jours plus tard par la justice dans le cadre de l’affaire de la « Caravane de la mort », nom d’un escadron qui a sillonné le Chili après le putsch de 1973 pour exécuter des opposants. Les organisations de défense des droits de l’Homme estiment que plus de 3000 personnes sont mortes ou ont disparu durant les 17 années de la dictature. Rattrapé plusieurs fois par la justice, interrogé à diverses reprises, Pinochet a toujours échappé à un procès ou à l’emprisonnement.

TF1 précise bien que Pinochet est un ex-dictateur, et rappelle les faits reprochés: 3.000 exécutions/disparitions en 17 ans de régime.

Et en comparaison l’article sur Castro, toujours via tf1.fr:

[…]
L’absence du célèbre dirigeant cubain, dernier survivant de la Guerre froide, à la tête de l’unique régime communiste restant du monde occidental, relance les incertitudes suscitées par son état de santé, décrété « secret d’Etat ». Depuis sa dernière apparition, le chef de l’Etat a reçu plusieurs visiteurs à son chevet, se manifestant à l’extérieur par des messages lus par d’autres, mais il n’a été montré qu’en photo et sur des vidéos, la dernière remontant au 28 octobre.

Vendredi, de nombreuses personnalités ont participé à des cérémonies pour les 80 ans du Lider Maximo. A la tribune, derrière Raul Castro, Gérard Depardieu et Gabriel Garcia Marquez étaient venus en amis. Le frère cadet de Fidel Castro a présidé un gala sans dire un mot de l’absence, de son frère aîné, à la différence du vice-président cubain, Carlos Lage, qui a juré que « Fidel se rétablit » et sera bientôt de retour. « A Cuba, il n’y aura pas de succession, il y aura continuité. Un autre Fidel est impossible, personne de l’imitera », a-t-il lancé devant 5.000 invités cubains et étrangers.

Convalescent depuis plus de quatre mois, le président cubain n’est plus apparu en public depuis le 26 juillet, veille d’une grave intervention chirurgicale réalisée en urgence, après une hémorragie intestinale. Fidel Castro avait demandé le jour de ses 80 ans, le 13 août, que les célébrations soient reportées à cette date hautement symbolique du 2 décembre, 50è anniversaire de son retour d’exil du Mexique.

Castro n’est pas un dictateur, c’est un « célèbre dirigeant », un « président ». Aucun rappel des dizaines de milliers d’opposants toujours emprisonnés, des milliers de personnes exécutées aucun rappel des balseros qui tentent de fuir tous les jours l’île-prison, des conditions de vie déplorables de Cuba (pires qu’avant le communisme), rien de rien. Il faut aussi noter que Pinochet est un ex-dictateur, alors que Castro l’est toujours.

Pourquoi Castro est « sympa » au point que Depardieu soit présent à son anniversaire ? Pourquoi passer sous silence tous les crimes du communisme cubain, sous la houlette de Castro ? J’ai pu le constater sur toutes les chaines de télé et médias que j’ai consultés: à chaque fois qu’il est question de Pinochet, rappel des exécutions, du coup d’Etat, etc. Quand on parle de Castro c’est exotisme et guérilla guevaresque! J’ai même entendu un reportage sur France2 où on l’appelait « Lider Maximo ». Et Caucescu « génie des Carpates » ? Et Staline « petit père des peuples » ? Et Mao « phare de l’Humanité » ? Reprendre les termes mêmes de la propagande mégalomaniaque de Castro voilà bien du lèche-botte médiatique abject!

Alors pourquoi un traitement médiatique si différent pour ces deux personnages ? La seule réponse c’est qu’il y a de bons dictateurs et de mauvais. Evidemment, Pinochet s’étant opposé à la prise de pouvoir d’un socialiste (Allende), il ne peut faire partie que de la seconde catégorie. Peu importe qu’il ait laissé un Chili libre, démocratique et prospère. Il n’est pas de gauche, donc c’est un mauvais dictateur. Castro ? De gauche, bon dictateur. C’est aussi simple.

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Champs Requis *.