Le monde à l'envers

Sous le Soleil Noir

L’enfer à Gaza

| 0 Commentaires

Gaza, à en croire certains, ne serait pas le paradis sur terre:

Des organisations humanitaires britanniques et françaises ont affirmé jeudi que la situation humanitaire dans la bande de Gaza était la pire depuis l’occupation du territoire par Israël en 1967.

«La situation des 1,5 million de Palestiniens de la bande de Gaza est la pire depuis le début de l’occupation militaire israélienne de 1967», indiquent le rapport. Le document a été élaboré par Amnesty international GB, Care international GB, l’Organisation Catholique pour le Développement d’Outre-mer (CAFOD), Christian Aid, Médecins du Monde GB, Oxfam, Save The Children GB et l’Agence irlandaise de charité et de Développement (Trocaire).

Ils auraient pas oublié un élément tous ces braves gens ? A savoir que « l’occupation » est terminée depuis 2005 ? Bizarre ça, quand les « oppresseurs » s’en vont la situation empire.

Selon le rapport, le blocus imposé par Israël à Gaza entraînant des pénuries de produits de base et des coupures d’électricité, «constitue une punition collective frappant toute la population de Gaza». En représailles aux tirs de roquettes palestiniennes, Israël a imposé le 17 janvier un blocus à la bande de Gaza, et y mène des attaques quasi-quotidiennes qui ont fait des dizaines de morts.

La faute au blocus, bien sûr. Un blocus qui:

Associations humanitaires qui s’empressent bien évidemment de charger Israël pour les nombreux crimes commis depuis 2005 dans les « territoires occupés » libérés mais toujours opprimés.

La bande de Gaza est contrôlée depuis juin par le mouvement islamiste Hamas, considéré comme une organisation «terroriste» par Israël, l’Union européenne et Washington. «La politique internationale d’isolement du Hamas n’a débouché sur rien de positif, indiquent les ONG. La politique de blocus est inacceptable, illégale et n’apporte la sécurité ni aux Israéliens ni aux Palestiniens», ajoutent-elles.

La politique d’isolement du Hamas ? La politique de la main tendue à Hitler a très bien marché quand à elle. D’autre part, depuis la prise du pouvoir par le Hamas, quelle a été la politique menée à Gaza ? Réparation des nids de poule dans les routes et ouverture d’écoles ? Ou percée de nouveaux tunnels pour faire entrer armes et munitions via l’Egypte. Etant donné le nombre de roquettes tombées sur Israël au cours des deux dernières années en provenance de Gaza, on peut sans aucun doute affirmer que le Hamas n’a pas choisi le dialogue mais la guerre. Pourquoi discuter avec quelqu’un qui s’emploie à tenter de vous tuer, après lui avoir fait un cadeau ?

[les associations] demandent au Royaume-Uni et à l’UE de «condamner vivement la poursuite du blocus de Gaza et l’utilisation, par le gouvernement israélien, d’une punition collective, ainsi que les violations du droit humanitaire international» qui en résultent.

Une vraie punition collective, ce serait des ripostes au hasard: une volée de 155mm par ci, quelques bombes de 2 tonnes sans guidage GPS/laser larguées comme ça d’un avion, des roquettes tirées sans objectif… Là il s’agit de faire comprendre à la population de Gaza que les choix ont des conséquences. A savoir: votez pour le Hamas, collaborez avec eux, vous irez à pied, vous n’aurez pas de clim (et à fortiori, de frigo) etc.
Si la guerre n’a aucune conséquence pour les gazaouis, pourquoi ne soutiendraient-ils pas l’action du Hamas ? Pourquoi le Hamas devrait s’arrêter, si cela n’implique aucune conséquence néfaste pour ceux qu’il prétend « libérer » ?

Les organisations dressent un portrait sombre de la situation dans ce territoire populeux, affirmant que 80% de sa population est dépendante d’une aide alimentaire et 40% au chômage. Selon elles, les équipements cruciaux pour la vie des patients des hôpitaux ne peuvent plus fonctionner, faute de pouvoir importer des pièces détachées. En outre, l’effondrement des infrastructures clés a conduit à l’évacuation quotidienne de quelque 50 millions de tonnes d’eaux usées dans la Méditerranée.

80% de la population est dépendante ? Depuis 2 ans la seule exportation quotidienne de Hamasland est la roquette artisanale. Peut-être les habitants de Gaza devraient penser à autre chose qu’à assassiner leurs voisins, et se remuer un peu. Mais comment vivraient alors les associations humanitaires, si leurs petits protégés n’avaient pas besoin d’elles ?

«A moins de la fin du blocus maintenant, il sera impossible d’éviter que Gaza ne bascule dans une catastrophe, et tous les espoirs de paix dans la région seront anéantis», a estimé Geoffrey Dennis, un des responsables de Care International UK.

Gaza a basculé dans la catastrophe en 2005, et a confirmé en votant Hamas. Tous les espoirs de paix ont été anéantis.

Réagissant au rapport, un porte-parole du ministère israélien de la Défense, Peter Lerner, a imputé la dégradation de la situation à Gaza au Hamas, affirmant qu’Israël veillait à ce que les besoins humanitaires de base de Gaza soient assurés. «La responsabilité pour ce qui se passe à Gaza depuis le retrait israélien et le démantèlement des colonies (en 2005) repose largement sur le Hamas et c’est à lui que toute plainte doit être adressée», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Mais ça n’empêchera pas les associations humanitaires d’exempter totalement de responsabilité les pauvres petits choux palestiniens, éternellement opprimés par l’envahisseur juif, et de continuer à tout coller sur le dos d’Israël.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.