Le monde à l'envers

Sous le Soleil Noir

Obsession

| 4 commentaires

Je reviens sur l’interview du rédac-chef d’Al Jazeera, pour répondre à certaines de ses interrogations et affirmations:

It’s not only the lack of democracy in the region that makes me worried. I don’t understand why we don’t develop as quickly and dynamically as the rest of the world. We have to face the challenge and say: enough is enough! When a President can stay in power for 25 years, like in Egypt, and he is not in a position to implement reforms, we have a problem. Either the man has to change or he has to be replaced. But the society is not dynamic enough to bring about such a change in a peaceful and constructive fashion.

Les sociétés arabes sont moins ouvertes que les autres parce qu’elles ne sont pas démocratiques, ni même prêtes pour l’être. A cet égard les résultats des élections de 2005 en Egypte sont édifiants: on y voit à la fois l’absence de démocratie avec Moubarak « réélu » avec 88% des suffrages, et les Frères Musulmans gagner 20% des sièges. (Remarquez la similitude avec les résultats de 2002 en France d’ailleurs)
C’est pour cela qu’aucun changement ne peut y avoir lieu sans heurts, sans effusion de sang, sans coup d’Etat, sans guerre. C’est pour cela que s’y maintiennent au pouvoir des dictateurs plus ou moins répressifs, des régimes plus ou moins tyranniques… Et puisque le seul « espoir » des populations réside dans les islamistes, on a le droit d’être pessimistes sur les possibilités d’évolution de ces pays. Le problème est profond.

In many Arab states, the middle class is disappearing. The rich get richer and the poor get still poorer.

Il n’y a plus de « classes moyennes » dans les pays arabes parce que ces pays ne permettent pas à cette « classe moyenne » d’émerger. Pour cela il faudrait plus de liberté d’entreprendre: si les gens ne peuvent pas investir sans devoir graisser la patte de tel ou tel fonctionnaire, sans avoir à se coucher devant l’administration X ou Y, et si lorsqu’ils font tout dans les règles ils sont toujours à la merci d’un fonctionnaire avide… Dans ces conditions le développement économique ne peut avoir lieu et aucune classe moyenne ne peut voir le jour. Reste les riches et puissants, proches du pouvoir évidemment, et les pauvres, toujours plus nombreux car il n’existe que peu de possibilités d’ascension au sein du pays. Résultat les plus brillants s’expatrient, les autres rejoignent la classe dirigeante.

Look at the schools in Jordan, Egypt or Morocco: You have up to 70 youngsters crammed together in a single classroom. How can a teacher do his job in such circumstances? The public hospitals are also in a hopeless condition. These are just examples. They show how hopeless the situation is for us in the Middle East.

Pourquoi les dirigeants investiraient dans la population plutôt que dans des palais, des Mercedes, des putes de luxe et des armes ? Pour contrôler une population, mieux vaut qu’elle soit crédule, manipulable à souhait, pauvre, vulnérable, et impressionnable. Evidemment les populations cherchent à fuir, et on voit bien l’attrait de l’Europe sur les maghrébins…

The Israeli-Palestinian conflict is one of the most important reasons why these crises and problems continue to simmer. The day when Israel was founded created the basis for our problems. The West should finally come to understand this. Everything would be much calmer if the Palestinians were given their rights.

Au lieu de se pencher sur les raisons profondes de l’échec du monde arabe, il est tellement plus simple de tout mettre sur le dos d’Israël. Je veux bien croire que l’obsession des arabes envers Israël aveugle les plus faibles, les moins éduqués, mais là on parle d’une personne faisant partie de l’élite. Alors, Ahmed Sheikh, victime de la maladie anti-juive ou bien pièce de l’édifice bâti par les régimes arabes pour maintenir la « rue arabe » dans l’ignorance ?

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Champs Requis *.