Le monde à l'envers

Sous le Soleil Noir

Une chance unique

| 7 commentaires

Tsahal est donc entrée au Liban. C’était un mouvement évident: le Hizb’Allah ne peut pas être détruit uniquement via des attaques aériennes. Les terroristes ont eu 6 ans pour s’enterrer, creuser des tunnels, construire des bunkers, fortifier leurs positions. Et des bombes auraient raison de tout l’arsenal (des milliers de roquettes et missiles, des tonnes d’explosifs, probablement des réserves de carburant, d’obus, de munitions diverses…) du Hizb’Allah ?

Maintenant qu’Israël a les mains libres pour détruire le Hizb’Allah, Israël va-t-il s’en donner les moyens ? Rien n’est sûr hélas. Je sais que certains n’ont pas apprécié mon ton très radical, « va-t-en guerre », mais le seul moyen pour Israël de gagner c’est d’aller au bout, d’utiliser toutes ses ressources, sur un temps très court. Tsahal est une armée de citoyens, et chaque réserviste appelé est un coup porté à l’économie d’Israël, déjà durement touchée par la baisse du tourisme et du commerce (oui, Israël aussi souffre économiquement du conflit: le port d’Haïfa est à l’arrêt, les civils appelés manquent dans les entreprises). Israël ne peut pas se permettre de conduire un conflit pendant deux, trois ou 6 mois. Israël doit acquérir une victoire décisive en l’espace de quelques semaines. Pour cela il faut frapper fort, le plus fort possible, avec le maximum de ressources. L’approche actuelle, petite incursion au Liban, frappes aériennes très ciblées (quoi qu’en disent les médias), n’anéantira pas le Hizb’Allah. Elle coûtera cher au Hizb’Allah (destructions d’infrastructures, de réserves de munitions, pertes de combattants entraînés), mais bien plus cher encore à l’armée israëlienne (, qui fait preuve des mêmes travers que l’armée américaine: trop grande confiance en des capacités technologiques mirifiques, refus d’engager le combat et d’avoir des pertes, inconsistance dans les choix militaires. Mais le plus grave n’est pas là: les armées sont des organisations humaines, elles apprennent de leurs erreurs, très rapidement. Le plus grave est au niveau politique: le gouvernement israëlien a-t-il la volonté de tout mettre en oeuvre pour abattre le Hizb’Allah ?

Au fond, c’est une question de volonté. Israël a-t-il encore la volonté de vivre ? Alors que le monde arabe en général approuve l’action israëlienne, que les autres pays se perdent en palabres qu’ils savent inutiles (car personne n’a les moyens d’arrêter les combats, aucun belligérant n’ayant envie de les stopper), Israël a une chance unique: éradiquer enfin ce cancer qui ronge et tuera le Liban, entamer le lien maléfique entre Damas et Téhéran, enlever à l’Iran cet outil au service de sa puissance, en un mot: détruire le Hizb’Allah. C’est une opportunité historique.

7 Commentaires

Laisser un commentaire

Champs Requis *.