Le monde à l'envers

Sous le Soleil Noir

La fin du début

| 5 Commentaires

Le Hezbollah a déclaré la guerre à Israël. Du côté d’Israël, le message a été reçu 100% dès le premier coup tiré. On vient d’assister aux premiers échanges de tir: enlèvement de soldats, tirs de roquettes, bombardements, missile (iranien et tiré par ???) contre une frégate israëlienne, encore plus de bombardements, roquettes sur Haïfa (encore une production iranienne…), Tibériade, bombardements sur tous les axes routiers libanais…

Le gouvernement libanais a certainement compris désormais: Israël le tient pour responsable de ne pas avoir désarmé le Hezbollah. Mais en a-t-il jamais eu les moyens ? Sandmonkey pose de très judicieuses questions dans un post « Israeli Defence Forces are morons« : Israël devrait certainement faire preuve de plus de retenue discernement maintenant et s’attaquer au problème, càd au Hezbollah.

C’est vraisemblablement ce qui devrait arriver sous peu: l’armée israélienne appelle les habitants du sud Liban à quitter la région. Cela signifie des combats au sol, des chars, bref ni plus ni moins une invasion. On peut avoir des doutes sur la réussite totale (annihilation complète des capacités militaires du Hezbollah) d’une telle opération: le Hezbollah a surpris en utilisant des armes iraniennes, notamment le missile anti-navire, ils peuvent encore surprendre en utilisant des SAMs et des missiles anti-chars, en étant très bien formés et préparés (par les gardes révolutionnaires iraniens), et profiter des combats pour se retirer prudemment en Syrie (par des voies qui ne peuvent pas totalement être coupées, il faut être réaliste).

Et la Syrie ?

« Toute attaque israélienne contre la Syrie suscitera une réponse syrienne ferme, directe, illimitée, et par tous les moyens », a affirmé le ministre syrien de l’information, Mohsen Bilal cité par l’agence officielle SANA, dans une première réaction officielle de Damas, depuis le début des hostilités au Liban.

(source: Le Monde)
Pour anéantir réellement le Hezbollah, il faudra peut-être frapper au-delà de la frontière libanaise… Mais si le Hezbollah traverse la frontière, pourquoi Israël ne rendrait pas ensuite le Sud Liban, une seconde fois, au gouvernement libanais, pour que celui-ci occupe le terrain et empêche le retour du Hezbollah ?
Bref Israël peut choisir de s’attaquer au régime syrien, avec tous les risques que cela implique (par quoi sera-t-il remplacé s’il tombe ? que va faire l’Iran ? réactions internationales ?):

Now, there is another analysis that is equally important. Israel, the US, and many other countries might not be happy with Syria’s behavior, yet they still want to see Bashar Assad in power. The removal of Assad might create a vacuum that will eventually be filled by entities that are more fearsome; radical Sunni Islamists are an example. This is the reason why Egypt’s Hosni Mubarak is so keen that nothing will undermine the Syrian regime. He knows that if Bashar is to go and then followed by a Muslim Brotherhood take over, his own regime will be undermined since Egypt and Syria have a lot in common.

Alternative: faire un grand nettoyage avant de rendre les clés au gouvernement libanais. On rentre dans le vif du sujet maintenant. Le Hezbollah a encore un coup à jouer, il peut forcer Israël à la guerre totale contre lui, et donc faire entrer la Syrie dans la guerre, reste à savoir dans quelle mesure le régime syrien contrôle ou non le Hezbollah et ses propres frontières (en refusant l’asile au Hezbollah, en empêchant les armes de traverser la frontière).

5 Commentaires

Laisser un commentaire

Champs Requis *.