Le monde à l'envers

Sous le Soleil Noir

It’s over

| 0 Commentaires

L’Iraq est en bonne voie. Loin de la perfection, mais en amélioration constante. En 2004 il y avait eu deux offensives majeures: la première de Moqtada Al Sadr combinée avec une offensive sunnite et islamiste. Al Sadr a été calmé par les armes, sa milice écrasée militairement, et politiquement les ayatollahs l’ont désavoué tandis que la population ne s’est pas soulevée. En novembre 2004, Falloujah a été reprise aux terroristes zarqaouites, qui ont évincé les sunnites baasistes aux commandes au fur et à mesure que ceux-ci se faisaient tuer ou capturer par les forces américaines.
En 2005 la partie est devenue chaque jour plus délicate pour les terroristes: les forces de sécurité iraqiennes en cours de formation sont entrées en jeu peu à peu, prenant une part active à la défense de leur pays, avec une connaissance du terrain et des coutumes qui manque aux Américains, et avec une motivation que l’on imagine sans peine supérieure à celle du soldat US de base. Mais la guerre ne se gagne pas militairement: elle se gagne politiquement. Et là…
Les élections en Iraq se sont déroulées comme les deux précédentes, et même mieux: participation en hausse, attentats en baisse. 59% en janvier, 63% en octobre, et aujourd’hui ce serait 70%. Les terroristes n’arrivent pas à effrayer la population où à infléchir les résultats du scrutin, leur pouvoir est limité à la nuisance: ils peuvent ralentir le processus, mais pas le stopper. It’s over. Ils perdent. Chaque jour qui passe, ils perdent un peu plus. Ils pourront toujours faire exploser des bombes, kidnapper des instits ou assassiner des juges, mais ils ne pourront pas prendre le contrôle des 25 millions d’Iraqiens libres. Les terroristes ont perdu.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.